• administration226

Concert de création à la HEAR



La saison culturelle se termine doucement...Elle aura vu l'Imaginaire passer par Saint Louis, Berne, Reims, Lyon, Hégenheim... C'est d'ailleurs dans cette commune du Haut-Rhin que l'on pourra découvrir, les 14, 15, 21 et 22 mai prochains, les installations et objets créés pour le projet Trans-verre, dans le cadre des Ateliers Ouverts. En parallèle à cet ultime rendez-vous dans la saison, et avant que l'Imaginaire ne se pose à Royaumont en août, le trio revient, ce mardi 17 mai, à la HEAR de Strasbourg, ville où il est établi, et où tout a commencé. C'est en effet au conservatoire, que Keiko Murakami et Philippe Koerper se sont rencontrés, et qu'ils ont mûri, ce qui en 2009 allait prendre le nom de l'Imaginaire.

Conçu en étroite collaboration avec les classes de création et de composition électroacoustique de la HEAR, dirigées par Annette Schlünz, Daniel D'Adamo, et Tom Mays, ce concert donnera à entendre, en première mondiale, un éventail de ce qui se crée au sein de la génération émergente de compositeurs. On y découvrira une écriture mixte, transversale et organique, où la musique puise des accents et des tonalités nouvelles dans l'évocation d'images, de couleurs, de sensations, voire d'expériences physiques. Une approche qui vient rejoindre celle de l'Imaginaire, qui, ces dernières années, s'est beaucoup intéressé aux liens entre corps et musique, et au dialogue des différents langages artistiques. Invitant à des échappées oniriques, portant des questionnements sociaux, ou dévoilant des réflexions existentialistes, les œuvres témoignent d'une jeune création qui affirme et cultive sa personnalité et ses engagements dans notre époque complexe et troublée. Avec des compositeurs venus d'Amérique Latine, d'Italie, de Corée du Sud et du Royaume Uni, le programme esquisse aussi le portrait sonore d'une belle internationale de la musique, riche de ses différences d'origine, de parcours et d'expressions, mais proche dans ses préoccupations et son envie d'être au monde. L'entrée étant libre, voilà une belle occasion de plonger au coeur d'une musique à la fois d'ici et d'ailleurs, mais profondément d'aujourd'hui !

19 vues0 commentaire