• administration226

Voyage dans l'intimité auditive avec Hibiki Mukai



"L'une de mes principales activités consiste à observer les sons de l'environnement qui m'entoure, par exemple les lieux où j'ai vécu et où je vis (...). De même, grâce à des enregistrements de terrain, je capte les sons de cet environnement, tels que: les voitures dans la ville, le métro, des personnes discutant dans un café, une cascade de montagne, le vent qui souffle au sommet d'une tour, etc."

C'est par ces mots que le compositeur japonais Hibiki Mukai décrit sa démarche artistique. A travers des "prélèvements" sonores de la vie quotidienne, auxquels viennent s'ajouter les instruments, l'artiste entend inviter l'auditoire à renouer avec sa propre mémoire sonore, ses propres références sensorielles face à un environnement, urbain ou naturel, qui rythme, au sens musical du terme, nos existences. On pense à la fameuse formule de John Cage: "si un bruit vous dérange, écoutez le!". Sauf que l'idée est ici non d'apprivoiser quelques nuisances sonores, mais plutôt d'ouvrir un dialogue entre le paysage auditif du compositeur et celui du public qui écoutera l'oeuvre.

Né à Shizuoka en 1993, Hibiki Mukai a vécu à Tokyo, La Haye, et est installé aujourd'hui à Porto. Il est aussi passé par Strasbourg où sa pièce "Déchirer les ailes" fut créée à Musica en 2018, en lien avec l'académie de composition du festival dirigée par Philippe Manoury. Ce travail entre l'environnement sonore et l'intimité individuelle trouve des résonances avec les thématiques que l'Imaginaire développe ces dernières années à travers les oeuvres de Daniel Zea qui pour leur part questionnent la place de l'intime dans l'environnement numérique. C'est dans le sillage de son académie de composition que Musica a mis en relation l'ensemble strasbourgeois et le compositeur japonais. Ce dernier est un admirateur de Daniel Zea et sa nouvelle pièce, "l'Adieu aux sirènes" (pour flûte, saxophone, keyboard, électronique et vidéo), commande de Musica, reprend exactement le même dispositif que "Toxic Box".

L'imaginaire revient à Césaré - Centre National de Création Musicale (Reims) en ce mois de février pour préparer avec Hibiki Mukai et Daniel Zea le concert qui sera donné le 17 mars prochain à Lyon, dans le cadre de la "Biennale des Musiques Exploratoires" proposée par le GRAME. Ce concert verra la création mondiale de "l'Adieu aux sirènes", et la reprise de "Toxic Box" et de "The Love Letters? " de Daniel Zea. Cette rencontre entre les deux compositeurs et l'Imaginaire s'annonce passionnante. Elle trouvera aussi une prolongation à Musica, en septembre prochain. Nous en reparlerons. Photo (c) Site web de Hibiki Mukai

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout